Médecine psychosomatique : corps et psyché.  
sitemed.fr

HOME

SOMMEIL ET RÊVES

CHRONOBIOLOGIE

PSYCHOSOMA

DIABÈTE

TOXICOLOGIE

LIVRES

CONTACT

DÉTENTE

 
L'échec de la médecine occidentale

L'Échec de la Médecine Occidentale
Éditions Ellebore

Psychosomatique, chapitre 9 : en dépit des progrès spectaculaires de la médecine, de nombreuses maladies restent incurables. Psychosomatique, chronobiologie, toxicologie, sommeil et rêve : quatre domaines essentiels, encore négligées par la médecine académique.

  livre sommeil rêve

Sommeil et rêves
Éditions Ellebore

Rêve et maladies, chapitre 8 : les rêves et les cauchemard peuvent perturber gravement le sommeil et les fonctions physiologiques. Ils nous renseignent aussi sur les stress inconscients à l'origine de nombreuses maladies.

Pour commander : (Éditions Ellébore ?) et sur Amazon.fr

 

Pour commander : Éditions Ellebore et sur Amazon.fr

 

 

 

 

La séparation entre corps et psyché
un préjugé stupide hérité des XIX et Xe siècle

Mis à jour le 01 mars 2015

Dès la fin du XIXe siècle, des chercheurs et des médecins ont simplifié les résultats de leurs recherches et imposé les dogmes de l'homéostasie et d'une séparation entre corps et psyché.

Quand au rêve, il était depuis longtemps interdit d'en parler.

 

 

Résumé

Jamais aucune expérience n'a démontré que le corps et la psyché étaient deux domaines indépendants. De même, jamais aucune expérience n'a démontré que l'homéostasie, principe d'un équilibre intérieur, était une loi absolue de la physiologie.

Cela n'a pas empêché des chercheurs et des médecins de trahir la vérité scientifique et d'imposer de faux principes fondamentaux, au nom d'on ne sait quel intérêt supérieur, orientant la médecine moderne dans des impasses. Ainsi les dictionnaires de constantes biologiques ont imposé pendant plus d'un siècle l'idée que les paramètres physiologiques sont des constantes, l'une des grossières erreurs de la médecine moderne.

Devant la résistance d'une partie du corps médical, ces principes ont ensuite été imposés comme s'il s'agissait de vérités scientifiques indiscutables.

 

Le dogme de l'homme machine biologique

Pendant des millénaires, tous les plus grands esprits que la terre a porté ont reconnu qu'il y avait des relations entre le corps et l'esprit, et que les maladies étaient en partie liées au comportement, au mode de vie et aux valeurs morales des êtres humains.

À la fin du XIXe siècle, les biologistes étudient les êtres vivants, explorent des fonctions physiologiques comme la circulation, la respiration et ils vont imposer une nouvelle doctrine :

"Les êtres vivants sont des machines biologiques gouvernées par le principe d'un équilibre intérieur, indépendant de la psyché."

À la même époque, Pasteur montre que les maladies infectieuses comme la syphilis, la tuberculose ou la peste sont provoquées par des bactéries que l'on peut voir au microscope, cultiver et détruire :

Les grandes épidémies sont des phénomènes purement biologiques, indépendants de la psyché, et on peut négliger le terrain, le mode de vie et l'individu dans sa globalité.

En 1850, Helmholtz mesure la vitesse des influx nerveux dans les neurones. Ces signaux électriques commandent les muscles ou acheminent des informations vers le cerveau :

Le système nerveux n'a donc rien de commun avec les fonctions biologiques et les maladies physiques.

Suite à ces découverte, la médecine prétend avoir prouvé scientifiquement que le corps et la psyché sont deux domaines totalement séparés. En aucun cas les pensées et les émotions ne peuvent agir sur le corps et de provoquer des maladies. Tout au long du XXe siècle, la médecine va alors critiquer et combattre toutes les anciennes traditions, en particuliers religieuses, qui relient le corps à la psyché et à l'âme :

Pendant des millénaires, les prêtres, les guérisseurs et autres charlatans auraient donc exploité la crédulité des malades !

 

Enjeux politiques et financiers

Après avoir longtemps été un problème religieux, au début du XXe siècle, la maladie change de statut pour devenir un problème exclusivement biologique. La médecine moderne fondée sur la biologie va guérir l'homme et le débarrasser de la culpabilité que la religion chargeait sur ses épaules : L'homme devient libre d'agir comme il le veut, la médecine se charge du bon fonctionnement de son corps.

  • L'homme peut négliger les valeurs morales de ses ancêtres.
  • Le pouvoir de l'église s'affaiblit au profit du pouvoir politique
  • Certaines ressources financières de l'église sont transférées à la médecine
  • Naissance des premières entreprises médicales comme l'institut Pasteur

Les 80 ans d'histoire d'un vaccin peut-être totalement inefficace, le BCG, ou encore l'histoire du Salvarsan du prix Nobel 1908 Paul Ehrlich nous montrent comment, dès le début du XXe siècle, la vérité scientifique va s'effacer devant le pouvoir politique et les puissances de l'argent :

  • La syphilis et le salvarsan : Prix Nobel de médecine 1908 - Paul Ehrlich
  • La tuberculose et le BCG : Bonah, C., Menut, P. Le BCG, mieux vaut y aller prudemment. La longue marche d'un vétéran (histoire du BCG). La Recherche, septembre 2002, n° 356.

Avec une seule injection de son Salvarsan, très toxique, Herlich prétendait guérir la syphilis ! Avec le BCG, l'institut Pasteur prétendait éradiquer la tuberculose. La réalité était bien loin de ces prétentions.

 

La chasse aux sorcières

Tout au long du XXe siècle, de nombreux médecins continuent à penser que le mode de vie et le psychisme jouent un rôle important chez leurs malades. Les malades, trop rarement guéris par la médecine officielle, continuent à aller en pélerinage, à consulter les voyants et les guérisseurs.

La médecine est menacée dans son pouvoir et ses ressources financières. La faculté interdit donc aux médecins le moindre rapprochement entre les maladies et le mode de vie des patients, elle les empêche d'utiliser des méthodes autres que celles testées par les laboratoires pharmaceutiques eux-mêmes. L'ordre des médecins fait la chasse aux guérisseurs de tout poil.

De même, les laboratoires pharmaceutiques rejettent l'idée que les résultats sont influencés par l'équilibre psychique et par le mode de vie des patients. La médecine n'est plus seulement une question de vérité scientifique, mais surtout d'argent et de pouvoir.

À la fin du XXe siècle, devant la multiplication des cancers et de nouvelles maladies, le développement spectaculaire des "médecines parallèles" montrent à quel point les malades se sentent mal pris en charge par la médecine moderne. Faute d'être écoutés et guéris, ils cherchent sans cesse d'autres solutions.

 

.

Suite : le prix Nobel de médecine 1977...

 


 

Droits d'auteur : J-M Crabbé © 1999-2013, tous droits réservés. Article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle. Seules les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective sont autorisées. De brefs extraits de l'information contenue sur ce site peuvent être librement commentés, reproduits ou traduits à des fins de recherche ou d'étude personnelle, mais ne peuvent être ni vendus ni utilisés à des fins commerciales. Toute utilisation de l'information provenant de ce site Web doit obligatoirement mentionner la source de l'information et l'adresse URL de la page correspondante. La reproduction ou la traduction de portions plus importantes ou toute utilisation des textes et schémas à des fins autres qu'éducatives ou non commerciales, est subordonnée à l'obtention préalable d'une autorisation écrite formelle.