Rythmes biologiques : les expériences de Michel Siffre  
sitemed.fr

HOME

SOMMEIL ET RÊVES

CHRONOBIOLOGIE

PSYCHOSOMA

DIABÈTE

TOXICOLOGIE

LIVRES

CONTACT

DÉTENTE

 
L'échec de la médecine occidentale

L'Échec de la Médecine Occidentale
Éditions Ellebore

Chronobiologie, chapitre 8 : en dépit des découvertes incontestables de la biologie, de nombreuses maladies restent inexpliquées et incurables.
La chronobiologie prouve que la médecine académique repose sur de faux principes comme l'homéostasie.

  livre sommeil rêve

Sommeil et rêves
Éditions Ellebore

Les rythmes du sommeil, chapitres 2 et 3 : Le sommeil et le rêve sont des phénomènes rythmiques basés sur des cycles de 24 h et de 90 mn.
Le respect de ces rythmes naturels est une nécessité vitale, leur désorganisation est à l'origine de troubles psychiques et organiques.

Pour commander : (Éditions Ellébore ?) et sur Amazon.fr

 

Pour commander : Éditions Ellebore et sur Amazon.fr

 

 

 

 

 

 

Site certifié HON

Voir Home

 

3 - Expériences de Michel Siffre
Géologue de 23 ans
il a inauguré une nouvelle branche de la physiologie humaine

Mis à jour le 01 mars 2015

 

À tous les chercheurs : "Team work may inhibit the primary initiation of something quite new..."
Le travail d'équipe peut interdire un premier pas vers la nouveauté. (Flemming speech, dec 1945)

 

 

Résumé

En France, on ne peut pas parler de rythmes biologiques sans évoquer les expériences en isolement inaugurées par Michel Siffre. Géologue de formation, il a fait à lui seul bien plus pour la chronobiologie médicale que toute la recherche médicale de son époque.

  Clamouse, Michel Siffre en 2000, expérience sur les rythmes biologiques

1962 - Découverte du rythme veille-sommeil de 24 h 30

Le premier séjour souterrain de Michel Siffre eu un impact médiatique considérable et il fut traité en héros. En pleine guerre froide, on envisage la nécessité de vivre pendant de longues périodes dans des abris anti-atomiques souterrains. Les premiers sous-marins nucléaires inaugurent de longues croisières profondes et le Nautilus passe au pôle Nord sous la calotte glaciaire. Après Gagarine, John Glenn fait son premier vol en 1962 et on pense aux vols spatiaux de longue durée. Le Commandant Cousteau, de son coté, fait ses expériences "Précontinent" de maisons sous la mer. Enfin les vols transatlantiques deviennent fréquents et le décalage horaire devient un problème.

Michel Siffre veut d'abord tenter de survivre en milieu hostile et étudier le glacier souterrain du gouffre de Scarasson, à 2000 m d'altitude dans les Alpes du sud. Puis il complète son projet par l'étude de la "perte de la notion de temps" : il décide de ne pas emporter de montre pour retrouver le "rythme originel de l'homme". Aucune expérience d'isolement de longue durée n'a encore été réussie chez l'homme.

Rythme veille sommeil: la sortie de M. Siffre en 1962

Des conditions matérielles terribles ! M. Siffre a 23 ans. Il décharge de toute responsabilité ses amis restés en surface. Du 18 juillet au 14 septembre 1962, il goûte aux joies du camping sur son glacier souterrain. A 130 m de profondeur, il est exposé à de continuelles chutes de glace et de roches. La température est inférieure à 0°C, l'humidité relative est de 100%. Il ne dispose d'aucun médicament et son matériel de survie est des plus insuffisants. Le chemin du retour lui est barré et sa tente est inondée dès les premiers jours.
Par téléphone, il signale régulièrement à l'équipe de surface ses différentes activités. Il termine cette aventure à bout de force, ressort avec l'aide de ses camarades, et son succès est salué par la presse française et étrangère.

Cette expérience se révèle très utile pour la connaissance des rythmes biologiques :
M. Siffre est incapable d'évaluer le temps qui s'écoule. Il estime à 4 heures une journée de 14 heures. A la fin de son séjour, son évaluation personnelle a 25 jours de retard sur 58 journées "hors du temps" effectives.

Pendant 2 mois, l'organisme de M. Siffre conserve une période stable de 24 heures 30. Ses journées sont formées d'environ 16 heures d'activité. La nuit, il dort en moyenne 8 h, soit 1 ou 2 heures de plus qu'à son habitude. En cas d'activité prolongée, la période de sommeil qui suit est diminuée, et inversement. On détecte aussi le rythme de 24 h de son pouls. Spontanément, l'horaire de son repas principal se décale vers la fin de ses périodes d'activité.

Ce séjour a encore un aspect psychologique : dans son journal, M. Siffre raconte les rêves qui jalonnent son séjour souterrain et témoignent de son tempérament... impétueux. A la sortie, son caractère s'est amélioré et il se montre plus calme, moins exigeant avec son entourage.

 

Recherches ultérieures sur les rythmes humains

Ce record est vite battu par une expérience américaine réalisée en laboratoire. Des centres de recherche européens, américains et russes travaillent sur les rythmes biologiques et l'isolement complet pour le compte de l'armée et de la NASA. Il s'agit d'améliorer les rythmes de travail à bord des sous-marins nucléaires et de maintenir la vigilance des pilotes en cas de décalage horaire.

Nouvelles expériences : M. Siffre obtient le soutien et une aide financière de l'armée. Le plus long séjour, avec J-P Mairetet, dure 6 mois du 1 juin au 30 novembre 1966. Un matériel d'enregistrement et de télémesure de plus en plus perfectionné remplace le simple téléphone de la première expérience et permet d'étudier :

  • Différents rythmes nycthéméraux : température, pouls, hormones surrénaliennes.
  • L'activité cérébrale par électro-encéphalogramme (EEG), et l'activité cardiaque (ECG).
  • Les variations des performances psychomotrices.
  • La notion subjective de temps.
  • La vision et l'effet de la lumière.
  • La réadaptation à un rythme normal et les décalages de phase.

On enregistre des rythmes de 24 heures pour la température, le pouls, les hormones surrénaliennes, le comportement alimentaire, la vigilance, la force musculaire. On observe aussi les désynchronisations de ces rythmes les uns par rapport aux autres. Chez certains volontaires, on observe le passage spontané à un rythme "bi-circadien" d'environ 48 heures, formé de 35 heures d'activité et de 13 heures de repos. Le suivi biologique est assuré par le laboratoire de chronobiologie du Pr. Reinberg.

Études du sommeil : à partir de 1966, les observations s'orientent vers l'étude du sommeil et des rêves. Le sommeil paradoxal est identifié depuis peu comme un phénomène physiologique et psychique d'une grande importance. 2000 heures d'enregistrement sont analysés dans le laboratoire du Pr Jouvet, avec des découvertes : La durée du sommeil paradoxal augmente avec la durée de l'activité du jour précédent. Au cours des phases de rythme bi-circadien, la durée de sommeil paradoxal double alors que le sommeil total passe de 8 à 13 heures :

  • 16 h d'activité = 8 h de sommeil = 90 mn de sommeil paradoxal.
  • 35 h d'activité = 13 h de sommeil = 180 mn de sommeil paradoxal.

Ces observations confirment l'importance du sommeil paradoxal, mais, comme le remarque Michel Siffre, elles ignorent un aspect essentiel des rêves: leur sens. Les résultats de ces expériences courageuses étaient destinés aux militaires et à la NASA, aussi la médecine n'en a guère profité. Il s'agit de découvrir des méthodes ou une "pilule" qui donne aux militaires et pilotes une vigilance optimale et les libère du besoin de dormir.

En 1972, M.Siffre réalise une deuxième expérience souterraine de 205 jours au Texas.

 

Résultats de ces expériences

Conséquence positive, l'existence des rythmes biologiques est portée à la connaissance du grand public et du milieu médical. On a mis en évidence ou confirmé de nombreux aspects des rythmes biologiques :

  • la stabilité du rythme veille-sommeil chez l'homme, avec une période spontanée légèrement supérieure à 24 h.
  • l'importance du sommeil paradoxal.
  • le rythme spontané de la principale prise alimentaire avant la période de sommeil.
  • plusieurs rythmes de 24 h indépendants : température, force musculaire, hormones surrénaliennes, sommeil.
  • des désynchronisations dans l'ordre de succession de différents rythmes.
  • l'absence de rythme nycthéméral simple.
  • les effets du stress et du café sur les rythmes.
  • le passage possible à un rythme bicircadien de 48 h.
  • les troubles liés au décalage horaire en fin d'expérience.

Effets pervers : toutes ces études, réalisées avec des moyens techniques importants, ont fait des rythmes un domaine hyperspécialisé, abandonné aux chercheurs et aux militaires. On étudie les rythmes de sommeil des soldats, des pilotes, des astronautes, les rythmes des végétaux et des invertébrés... et même "l'oscillation du système glycolytique des cellules de levures."

Médecine et rythmes : dans la pratique médicale courante, ces découvertes sont négligées. Médecine et physiologie continuent à se baser sur des valeurs moyennes des paramètres physiologiques et à publier des "dictionnaires de constantes biologiques". On se désintéresse des conséquences organiques de la désorganisation des rythmes biologiques d'un individu, des conséquences du travail de nuit et des rythmes scolaires. Géologue de formation, Siffre en savait bien plus sur les rythmes biologiques que 95% des médecins des années 90.

  Rythmes biologiques: M. Siffre, le Midi Libre du 28 novembre 1999

M. Siffre : Passage à l'An 2000 !

37 ans après son premier séjour en isolement, M. Siffre a réalisé sa dernière expérience "hors du temps" dans la grotte de Clamouse. Il a passé 2 mois avec le réveillon de l'an 2000 seul sous la terre, sans repère temporel, pour étudier l'évolution de ses rythmes biologiques avec l'âge.

Espérons que la chronobiologie émergera des profondeurs où elle a été enterrée, et trouvera sa place au coeur de la médecine.

 

[HOME]  [titre, page 3]  [SUITE PAGE 4]

 


Droits d'auteur : J-M Crabbé © 1999-2013, tous droits réservés. Article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle. Seules les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective sont autorisées. De brefs extraits de l'information contenue sur ce site peuvent être librement commentés, reproduits ou traduits à des fins de recherche ou d'étude personnelle, mais ne peuvent être ni vendus ni utilisés à des fins commerciales. Toute utilisation de l'information provenant de ce site Web doit obligatoirement mentionner la source de l'information et l'adresse URL de la page correspondante. La reproduction ou la traduction de portions plus importantes ou toute utilisation des textes et schémas à des fins autres qu'éducatives ou non commerciales, est subordonnée à l'obtention préalable d'une autorisation écrite formelle.