Effets nocifs des rayonnements électromagnétiques
sitemed.fr

.

Accueil

Analyses de rêves

Sommeil et rêves

Chronobiologie

Psychosoma

Diabète

Toxicologie

Livres et Documents.pdf

Contact/Auteur

 

 

Rayonnements électromagnétiques
électrosensibilité
Hygiène, prévention, sécurité

Dr Jean-Michel Crabbé
30 janvier 2022

Contact

 

 

Effets classiques des courants électriques :

Les effets des courants électriques qui traversent le corps humain sont très bien étudiés et répertoriés. Ils dépendent de la tension, de l'intensité et de la fréquence du courant qui circule, ainsi que de la résistance cutanée des points de contact (entrée/sortie).

Effet joule : c'est la chaleur produite par le passage du courant sur les zones où la résistance est la plus élevée, en géneral au point de contact entre un fil conducteur et la peau. Par effet joule, le passage du courant produit des brûlures sèches très profondes.
L'importance des brûlures dépend de la tension, et de la résistance interne de la source, c'est-à-dire de sa capacite à produire une intensité importante.

Cas particulier avec la foudre : haute tension et forte intensité, le courant tend à circuler dans les zones humides. Sous l'écorce des arbres, la sève est vaporisée et fait éclater l'écorce. Sous les habits, le courant passe sur la peau trempée de sueur, la sueur est vaporisée déchire les vêtements.

Effets sur la conduction nerveuse : Le passage d'un courant, en particulier alternatif, interfère avec tous les phénomènes de transmission nerveuse. Il provoque une tétanisation des muscles qui rend le blessé incapable de s'éloigner de la source de courant, et une tétanisation du muscle cardiaque qui va entrainer la mort.

Tous ces effets directs, physiques des courants électriques sont parfaitement répertoriés dans les ouvrages d'hygiène et de securitè, avec les moyens et les normes établies pour s'en protéger.

 

Les radiations électromagnétiques

Le problème des radiations électromagnetiques est entièrement différent puisqu'elles sont produites par des courants alternatifs et transmettent de l'énergie à très longue distance sans le moindre contact électrique avec le circuit qui les produits. On entre ici dans un domaine très mal étudié, mal connu, et sur lequel règne la loi du silence et le deni, comme pour tout ce qui concerne la toxicologie et les agressions physiques comme le bruit, les radiations ionisantes, les ultrasons, etc.

Les fréquences de la bande audio de 20 à 20 000 Hz ne produiraient pas d'effets physiologiques appréciables... ce qui reste à prouver puisque les éleveurs signalent des effets nocifs lies à l'implantation d'éoliennes, qui produisent à la fois du bruit de très basse frequence et des courants électriques à 50 Hz : les rendements diminuent et les animaux deviennent stériles.

De 20 kHz e 5 GHz et plus, il s'agit d'une large gamme de frequences très utilisées dans le domaine radioelectrique, et dont les effets physiologiques sont à peu près inconnus. On considère le plus souvent que ces radiations ne pénètrent pas dans le corps humain, ou qu'elles n'y produisent qu'un dégagement de chaleur inoffensif, sauf avec les très fortes puissances au voisinage des antennes émettrices et des radars.
Frequences radiodiffusion :

Grandes ondes : 150 - 300 kHz
Ondes moyennes : 500 - 1600 kHz
Ondes courtes : 5 - 15 MHz
Microondes telephone cellulaire : 2 - 5 GHz

Depuis le début des années 2000, avec l'explosion du nombre de communications basees sur des frequences superieurs à 1 GHz, on assiste à une explosion parallèle de signes d'intolérance chez de nombreux individus exposés aux antennes de la télephonie mobile ou au rayonnement des réseaux Wi-Fi domestiques.

L'électrosensibilité est encore une notion floue, mal définie, qui recouvre un ensemble de symptemes subjectifs. Ancune analyse ne permet de définir et de quantifier cette "électrosensibilité". Il n'en reste pas moins que certains individus sont très sévèrement impactés par les µ-ondes et que leur responsabilité est évoquée pour les tumeurs cérebrales.

"La cage de Faraday" est une solution technique proposée pour se protéger des rayonnements nocifs. Pourtant des expériences très simples montrent que "ça ne marche pas". Si une voiture constitue bien une cage de Faraday vis-à-vis de la foudre, elle ne bloque pas la reception des télephones portables. De même, placé dans un four µ-ondes (éteint!), un téléphone portable recoit les appels. La cage de Faraday est efficace pour la foudre, mais pas pour les µ-ondes, et il ne faut pas s'approcher d'un four à µ-ondes en fonctionnement... ce que les constructeurs ne disent pas.

Pénétration des micro-ondes est beaucoup plus importante que tout ce qu'on peut imaginer. Non seulement le principe de la cage de Faraday ne s'applique pas au corps humain et aux µ-ondes, mais les radars à penetration de sol utilisent précisement des µ-ondes voisines de 1 à 5 GHz, comme nos téléphones portables, pour sonder le sol sur plusieurs mètres de profondeur, parfois bien plus, et les puissances nécessaires ne sont pas très importantes. Les µ-ondes traversent les murs, les plafonds, les toitures... jusque dans nos caves et nos garages.

Inégalité des êtres vivants face aux radiations électro-magnétiques : cette inégalite est évidente en ce qui concerne les effets des µ-ondes. Très peu de personnes sont électrosensibles, et il y a des individus qui percoivent ce que d'autres ne percoivent pas :

Certaines personnes ont la capacité de percevoir la circulation de l'eau dans le sous-sol, et elles savent où creuser pour trouver de l'eau. Certaines personnes seraient aussi capables de détecter les reseaux 4G dans des endroits où ils semblent inaccessibles avec les moyens habituels, ce qui permet d'implanter des antennes de réception et de donner des accès internet à des fermes isolées.

 

La barrière hématoencéphalique, blood brain barrier

Il est fort possible que le problème évoqué ici soit absolument essentiel dans les effets des champs électromagnétiques.

À certaines fréquences comme celles des tétéphones portables, les radiations électromagnétiques pénètrent profondément dans la matière solide.

Dans des environnements très pollués, les radiations électromagnétiques peuvent perturber le fonctionnement physiologique de la barrière hématoencéphalique, et exposer le système nerveux central à d'autres substances toxiques endogènes ou exogènes.

En altérant le fonctionnement de la barrière hématoencéphalique, les radiations électromagnétiques exposent le SNC à d'autres toxiques.

Les effets nocifs des radiations électromagnétiques semblent résulter d'une combinaison de facteurs favorisants comme la présence d'autres toxiques environnementaux, les altérations préalables de certains tissus (radiothérapies, chimiothérapies ou traumatismes), les facteurs chronobiologiques comme l'horaire d'exposition, ou encore certaines prédispositions génétiques.

 

Rayons X et Gamma

Catégorie de radiations très énergétiques qui pénètrent profondément dans les tissus et y provoquent des destructions cellulaires ou des lésions chromosomiques.

Les rayons X ont été accusés de retarder les phénomènes de cicatrisation et la consolidation des fractures. La répétition des radiographies dentaires a des effets délétères locaux ou régionnaux: inflammations, douleurs, retards de cicatrisation.

Des problèmes encore plus sévères surviennent à la suite de radiothérapies...

1) Lésions et nécroses tissulaires : responsables d'inflammations, de douleurs inexpliquées, de troubles fonctionnels, et déclenchement de maladies auto-immunes par libération d'antigènes intracellulaires.

2) Complications rénales par afflux de produits de dégradation tissulaires et de complexes immuns.

 

L'invisible arc en ciel

Présentation de l'éditeur, 2017 : L'électricité est à la fois l'étincelle de la vie et sa perte. Dans quelle mesure notre crise environnementale actuelle est-elle le résultat de cette contradiction ? D'où viennent exactement les épidemies modernes de cancer, de diabète et de maladies cardiaques, et pourquoi sont-elles incontrôlables ? Dans quelle mesure les ordinateurs et les téléphones portables sont-ils dangereux ? Ce livre révolutionnaire fournit les réponses à ces questions et à d'autres encore. C'est un ouvrage incontournable qui commence en 1746 et explique ce qui a mal tourné et ce qui doit changer si nous voulons survivre. Briseur de tabous et antidote à deux siècles de déni, ce livre est édifiant. C'est un récit divertissant et une ressource pour les chercheurs, une feuille de route qui explique comment nous sommes arrivés la où nous sommes et une fenêtre sur un avenir possible, nécessaire et plus vivant. e.

(Source Wikipedia eng) : The Invisible Rainbow, a history of electricity and Life, by Arthur Firstenberg. Ne le 28 mai 1950, cet auteur et militant américain s'intéresse aux rayonnements électromagnétiques et à la sante. Il a fondé le groupe de campagne indépendant Cellular Phone Task Force. Son livre Microwaving Our Planet (1997) : The Environmental Impact of the Wireless Revolution a été publié par le groupe. Il est l'auteur de The Invisible Rainbow : A History of Electricity and Life, AGB Press, 2017.

Pour en savoir plus : L'arc-en-ciel invisible, une histoire de l'électricite et de la Vie, résume informatif par Sosthene Berger, Dipl-Ing.

 

Historique de l'électro-hypersensibilité

pdf, Traduction d'un texte publie par Firstenberg sur son site cellphonetaskforce.org?

 

Avenir et micro-ondes

Traduit de www.cellphonetaskforce.org

- Le 23 septembre 1998, 66 satellites, lances en orbite basse par l'Iridium Corporation, ont commence à émettre vers les tout premiers téléhones par satellite. Ces téléphones fonctionneraient aussi bien au milieu de l'océan, et en Antarctique, qu'au milieu de Los Angeles - une réalisation remarquable.

- Mais les entretiens téléphoniques ont révélé que ce jour-là exactement, les personnes sensibles à l'électricité dans le monde entier ont ressenti des douleurs lancinantes dans la poitrine, des sensations de couteau dans la tête, des saignements de nez, des crises d'asthme et d'autres signes de maladie électrique grave. Beaucoup ne pensaient pas qu'ils allaient s'en sortir. Les statistiques publiées par les Centers for Disease Control révèlent que le taux de mortalité national a augmenté de 4 e 5 % au cours des deux semaines suivantes. Des milliers de pigeons voyageurs ont perdu leur chemin pendant ces deux semaines, dans tous les États-Unis.

- Plusieurs entreprises se font maintenant concurrence pour fournir non seulement un service de téléphonie mobile, mais aussi le Wi-Fi et l'équivalent de 5G, à chaque centimetre carré de la terre à partir de satellites en orbite terrestre basse. Leurs dates cibles sont 2019 ou 2020. Elles prévoient non pas 66 satellites, mais des dizaines de milliers de satellites. Il n'y a pas beaucoup de temps pour éviter une catastrophe écologique mondiale.e

- Parmi les entreprises qui ont les plus grands projets, on trouve :

SpaceX : 12 000 satellites
OneWeb : 4560 satellites
Boeing : 2956 satellites
Spire Global : 972 satellites

- Honeywell a déjà signe un protocole d'accord pour devenir le premier grand client de OneWeb - il prévoit de fournir le WiFi à haut débit sur les avions d'affaires, commerciaux et militaires dans le monde entier. SpaceX voudrait fournir l'équivalent de 5G à chaque personne sur la planète. En plus de faire passer la Terre au micro-ondes, ces plans ont le potentiel de détruire la couche d'ozone de la Terre et d'ajouter au réchauffement climatique.e

- Le New York Times (14 mai 1991, p. 4) a cité Alexandre Dunayev de l'Agence spatiale russe qui a declaré : "Environ 300 lancements de la navette spatiale chaque année seraient une catastrophe et la couche d'ozone serait complètement détruite. À cette époque, le monde ne comptait en moyenne que 12 lancements de fusée par an.

- Le maintien d'une flotte de 12 000 satellites, comme celle que propose SpaceX, d'une durée de vie de 5 ans chacun, impliquera probablement suffisamment de lancements de fusées par an pour constituer une catastrophe environnementale. Le projet SpaceX d'Elon Musk, et probablement les autres grands projets de satellites, nécessiteraient le lancement de centaines de fusées à kérosene chaque année.

- "Il est faux de croire que les combustibles liquides, comme le kérosene, sont respectueux de l'environnement et ne détruisent pas l'ozone. Cette idee a été analysée en 2009 par des scientifiques de l'Aerospace Corporation dans un document intitule Limits on the Space Launch Market Related to Stratospheric Ozone Depletion. Ils ont découvert que bien que les carburants liquides ne contiennent pas de chlore, ils produisent toujours des quantites importantes d'oxydes d'azote et d'hydrogene, ainsi que de la vapeur d'eau et de la suie lors de leur combustion, qui détruisent tous l'ozone. "L'hypothèse selon laquelle les moteurs de fusées liquides sont verts en ce qui concerne l'ozone n'est pas correcte", ont-ils écrit. Meme si les carburants liquides ne détruisaient, de manière optimiste, que 2 % de l'ozone par rapport aux carburants solides, une multiplication par 50 du taux de lancement des fusées, ce qui est sur le point de se produire à moins que le monde ne se réveille, détruirait tout autant d'ozone. Et les auteurs affirment que leur chiffre de 2% n'est guère plus qu'une supposition en raison de "l'absence presque totale de données et de modèles".

- Martin Ross, de l'Aerospace Corporation, a également été l'auteur principal d'un article publié en 2010 intitulé "Impact climatique potentiel du carbone noir émis par les fusées". Les auteurs ont développé un modèle informatique pour prédire ce qui se passerait dans différentes parties de la planète si le nombre de lancements brulant du kérosene (alors 25 par an) augmentait d'un facteur 10. Leur modèle prévoit jusqu'à 4 % de perte d'ozone sous les tropiques et les régions subtropicales, jusqu'à 3 degres Celsius d'augmentation de la température en été au-dessus du pôle Sud, plus d'un degré Celsius d'augmentation globale de la température de l'Antarctique et une diminution de la glace de mer de l'Antarctique de 5 % ou plus.

- Dans un article de 2011 intitule "Rocket Soot Emissions and Climate Change", Ross a declaré : "L'étude aérospatiale montre ... fusées à hydrocarbures est jusqu'à 100 000 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone des fusées". Il est évident que les émissions de suie ou de carbone noir seraient un facteur important d'accéleration du changement climatique si les lancements prévus se concrétisent.e

- L'échappement des fusées à combustible solide n'est pas meilleur. Il contient du chlore destructeur d'ozone, de la vapeur d'eau (un gaz à effet de serre) et des particules d'oxyde d'aluminium, qui ensemencent les nuages stratosphériques. On observe une destruction complète de l'ozone dans les panaches d'échappement des fusées à combustible solide.

- La récente découverte, en 2018, que l'ozone stratosphérique continue de diminuer malgré le protocole de Montréal a pris tout le monde par surprise. La prolifération incontrôlée de lancements de fusées toujours plus puissantes est peut-être un facteur, mais personne n'y prête attention.

 

[titre]

 

The licensor permits others to copy, distribute and display this work. May not use for commercial purposes unless the licensor's permission. In return, you must give the original author/publisher credit : Dr J-M Crabbé -- Besançon, France -- www.sitemed.fr

L'auteur autorise les lecteurs à copier, la distribuer et afficher cette oeuvre à l'identique. Il est interdit de l'utiliser à des fins commerciales sans autorisation de l'auteur. En retour, vous devez mentionner l'auteur/éditeur d'origine  : Dr J-M Crabbé -- Besançon, France -- www.sitemed.fr

 

L'Arc en Ciel invisible

pdf à télécharger